L’écothérapie vous aide à apprivoiser et transformer vos écoémotions désagréables comme l’écoanxiété ou la solastalgie en engagement durable et en actions utiles face à l’urgence climatique

> Vous avez lu les prévisions du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat et vous ressentez une angoisse qui vous paralyse à la lecture du scénario le plus pessimiste.

> Vous avez décidé de pratiquer le jardinage urbain ou le zéro déchet, et vous éprouvez un désespoir culpabilisant, car cela vous semble beaucoup d’efforts d’un point de vue individuel et bien peu face à l’ampleur du défi.

> Vous vous impliquez activement depuis des années dans des associations pour sensibiliser les gouvernements et les entreprises aux conséquences des changements climatiques et une colère impuissante vous tenaille. Elle est causée par une impression de procrastination et de mauvaise foi généralisées qui vous donne le sentiment qu’aucune mesure radicale ne sera prise pour que l’on diminue drastiquement les émissions de gaz à effet de serre à 2 tonnes de CO2 par personne par an tel qu’entendu dans l’Accord de Paris.

Vous avez peur, vous êtes tristes, vous êtes en colère et vous vous dites que personne ne peut rien pour vous.

C’est aussi ce que je ressens quand je regarde l’offre de soutien dispensée par la plupart des professionnels en relation d’aide, alors qu’ils sont pour la plupart très compétents.

De manière générale, ils ont toutes les qualités qu’on attendrait d’eux, comme l’écoute active, l’empathie, le non-jugement, etc.

Toutefois leurs stratégies, bien que nécessaires, ne semblent pas suffisantes :

> Gérer ses émotions;

> Faire sa part;

> Prendre soin de soi.

On remarque que ces stratégies mettent l’emphase sur la responsabilité individuelle, alors qu’elle est surtout collective.

On remarque également que ces stratégies sont une invitation à « gérer » vos écoémotions pour que vous demeuriez fonctionnels dans un monde qui, malgré tous les bénéfices que vous en tirez, vous semble dysfonctionnel.

Au fond, c’est normal. Ils font partie du même monde que nous, et comme la plupart, ils ont une idée vague de ce que signifie concrètement l’urgence climatique.

Peut-être est-ce par méconnaissance, par déni ou par négationnisme, je ne sais pas.

En fait, ce n’est pas votre problème, vous n’avez pas le temps de convaincre votre intervenant du bien fondé de vos écoémotions.

Vous voulez être aidé!

Vous avez besoin :

> Du soutien spécifique d’une personne qui comprend les défis émotifs et sociaux qu’entrainent l’urgence climatique;

> D’une personne qui reconnait (à l’instar des climatologues) la probabilité qu’une catastrophe écologique se produise;

> D’une personne qui reconnaisse la rationalité de votre anxiété, de votre déprime ou de votre colère quand on regarde à froid les données du GIEC.

La bonne nouvelle, c’est que de plus en plus de professionnels de la relation d’aide pensent justement que nous devons éprouver ces émotions douloureuses si nous voulons nous remettre en question individuellement et collectivement afin de passer à l’action de manière durable face à l’urgence climatique.

Toutefois, ils sont encore trop peu nombreux à reconnaitre que les écoémotions douloureuses éprouvées par les personnes préoccupées par l’urgence climatique sont encore sous-estimées et les ressources en relation d’aide se font plutôt rares dans le monde de la francophonie.

Elles sont rares, mais il y a des ressources!

Il est possible d’avoir du soutien en écothérapeutique avec moi pour que je puisse vous aider à faire face à l’urgence climatique.

Je ne peux pas vous garantir que mon support nous permettra d’éviter que la planète se réchauffe, que la biodiversité s’effondre ou que la civilisation humaine disparaisse, mais…

Je peux vous offrir une aide qui est spécifique à vos préoccupations, une aide qui vous aidera à passer à l’action et à vous engager durablement.

Pour en savoir plus sur mes services en écothérapie:

Si le bouton en « Par ici » ne fonctionne pas, connectez-vous à cette page avec un autre navigateur internet ou en désactivant votre bloqueur de publicité. Cela devrait résoudre le problème.

Mon histoire

Mes années à l’UQAM (2004-2007) en philo et en écriture de films m’ont amené à me préoccuper d’environnement.

Dans un de mes cours de scénarisation, il fallait écrire une histoire traitant d’un enjeu de société.

J’ai écrit sur les OGM, puis ça m’a amené à m’intéresser au bio, à l’écologie, à la politique.

Dans les mêmes années, j’ai fait du bénévolat en relation d’aide et j’ai vite réalisé que j’étais meilleur écoutant qu’écrivain.

Pas pour rien que j’ai opté pour le BAC, puis la Maîtrise en service social.

 Ça fait maintenant douze ans que je suis en relation d’aide et que je me préoccupe de plus en plus de l’urgence climatique.

Longtemps, je me suis demandé comment allier relation d’aide et écologie.  

Après tout, je n’étais ni un ingénieur photovoltaïque ni un agriculteur biologique. J’étais intervenant social.

L’été 2019 a été une illumination pour moi. C’est à ce moment-là que j’ai découvert le terme écoanxiété.

Dès l’automne suivant, j’ai démarré bénévolement un groupe de soutien sur l’écoanxiété.

Pour ce faire, j’ai approché Craque-Bitume, un collectif d’écologie urbaine, qui m’a généreusement prêté un local et a promu l’événement sur ses réseaux.

Merci beaucoup à toute l’équipe de Craque-Bitume

Voici une entrevue que j’ai donnée au sujet de ce groupe :

Et pour en savoir plus sur le groupe :

Si le bouton en «Écoanxiété : groupe de soutien et de discussion » ne fonctionne pas, connectez-vous à cette page avec un autre navigateur internet ou en désactivant votre bloqueur de publicité. Cela devrait résoudre le problème.

Au cours de la première rencontre, les participants m’ont demandé pourquoi j’avais mis sur pied ce groupe.

Je n’avais pas de réponse claire à ce moment-là.

Aujourd’hui, je dirais que je cherchais un moyen de mettre l’engagement durable face à l’urgence climatique au centre de ma vie.

Puisque j’ai étudié et que je travaille à temps plein en intervention sociale, j’ai mis mes compétences en relation d’aide au service des gens qui rêvent d’une société post-carbone et qui ont besoin de soutien pour composer avec leurs écoémotions douloureuses (que je partage) comme une anxiété qui paralyse, une déprime culpabilisante, une colère impuissante ou un vide apathique.

J’admire ces personnes qui s’engagent. Je vous admire, vous êtes nécessaires et j’aurais beaucoup trop de peine de vous voir vous décourager et finalement abandonner.

L’enjeu est vraiment, mais vraiment trop important!

Peut-être vous êtes-vous senti.e  incompris.e dans le cadre des interventions en relation d’aide plus traditionnelles?

Pour ma part, je partage votre réalité émotive, vos contradictions, vos ambivalences et je veux être cette écoute de tous les instants pour celles et ceux qui s’engagent durablement à préserver l’espèce humaine, la biodiversité et notre habitat terrestre.

Tout comme la lutte contre le sexisme, le racisme, le spécisme, le colonialisme, le patriarcat, les classes dominantes, notre engagement face à l’urgence climatique n’est pas un engagement ponctuel.

Lutter pour un monde post-carbone est le projet de toute une vie et il importe de persévérer tant que l’humain aura le moyen de surchauffer la Terre.

Origines de l’écothérapie

De manière générale, mon approche puise dans :

>  Mes études en travail social au baccalauréat (2011) et à la maîtrise (2016);

>  Ma pratique individuelle, de groupe et communautaire comme intervenant social dans plusieurs organismes (2009-2017);

>  Ma pratique comme conseiller au programme d’aide aux employés (2017 à ce jour);

> Les quelques 100 heures de formations suivies sur la thérapie d’acceptation et d’engagement (j’ai également donné une dizaine d’heures de formation sur cette approche à mes collègues du PAE);

> Mon immersion dans différentes lectures touchant la collapsologie, le catastrophisme éclairé, la décroissance, l’écoféminisme, l’écopsychologie, l’écologie politique, la transition, etc.

Au bout de nos rencontres, vous n’aurez pas le contrôle sur le devenir du monde, mais vous pourrez l’influencer à votre manière!

À quel avenir voulez-vous contribuer?

Pour vous faire une idée plus précise de mes services en écothérapie :

Si le bouton en « Par ici » ne fonctionne pas, connectez-vous à cette page avec un autre navigateur internet ou en désactivant votre bloqueur de publicité. Cela devrait résoudre le problème.

Justin S Marcil, t.s., M. Serv. Soc.

# membre : SIRJ14/01/100TS

Écothérapeute ACT chez Lobe Vert

0 Partages
Partagez
Partagez